vendredi 8 août 2014

Ismo One



Quelles sont les raisons pour lesquelles tu es parti t’installer aux Etats-Unis ?

C’est pour plusieurs raisons que je suis venu m’installer aux Etats-Unis. Premièrement à cause des études que je n’ai pas pu poursuivre au Niger. Aux Etats-Unis, grâce à DIEU j’ai pu rattraper le temps perdu. La 2ème raison est que je viens d’une famille ou tout le monde voyage, nous sommes des nomades, le voyage fait partie de notre vie quotidienne. La 3ème raison c’est pour ma musique. Ici je fais des concerts, je vends pleins de CD sur internet, je participe à des festivals, je rencontre de grands artistes venant de partout et je suis fier de moi-même. C’est pout toutes ces raisons que je me suis installer ici.

A quel niveau était le rap nigérien avant ton départ ?

Il était complètement mort. Danny Lee était le seul qui gardait le cap. J’ai aussi enregistré un son avant mon départ pour les USA, c’était un featuring avec Jivis, malheureusement ce titre n’a pas cartonné, peut être c’était parce que nos fans étaient plus intéressés par le couper-décalé ivoirien.

Quelles sont les réalisations que tu as eu à faire aux Etats-Unis ?

J’ai réalisé un album qui s’intitule « le système de l’occident ». Ca parle de mes nobles valeurs traditionnelles africaines et de toutes ces innovations modernes  occidentales qui font un mélange homogène universel, musicalement appétissant. Il parle de revendication, de dénonciation, de la conscientisation, de l’amour, de la joie. On trouve plusieurs genre de styles dans cet album : du rap, du reggae, afro-pop et du dance hall.

J’ai aussi réalisé le vidéo clip du titre de l’album qui passe déjà sur la chaine Africable TV et sur Trace TV Africa qui est une chaine privée basée en Afrique du sud pour la promotion des artistes africains ; ensuite j’ai réalisé le vidéo clip du titre « african dance hall » produit par John David.

Récemment tu étais à Niamey pour un concert. Comment cela s’est-il passé?   

J’étais à Niamey pour présenter mon album à mes fans. J’ai fait le plein au premier concert à la MJC Diado Sékou, cela m’a permis de voir à quel point le public nigérien tenait à moi. Sauf qu’il y avait un problème de sonorisation ; j’ai chanté en acappella. Pour satisfaire le public j’ai refait un deuxième concert gratuit au CCFN afin de retourner avec fierté aux Etats-Unis.

Quels sont tes projets ?

L’année prochaine je participerai à des festivals qui se tiendront dans les différents états des Etats-Unis. Actuellement je bosse sur mon 2ème album. Je prépare un son afro pop sur lequel j’espère voir danser toute la jeunesse nigérienne. Je serai à Niamey pour mon la présentation de mon 2ème album qui sortira fin Septembre 2014.

Quel est ton dernier mot ?

Je salut mon public que j’aime beaucoup, sans lui je ne suis rien. Je remercie ceux qui m’ont soutenu depuis le début jusqu’aujourd’hui. Restons soudés, aimons-nous les uns les autres. Le Niger est notre maman, comme il est vieux c’est à notre tour d’y prendre bien soin.    

Walter Issaka  
www.fofomag.com

Réactions :

1 commentaires :