mardi 4 novembre 2014

Déclaration de presse du comité directeur de l'USN



Vu les Statut et règlements intérieur de l’USN ;
Considérant la volonté affichée des Autorités de la Septième république à passer sous silence les légitimes revendications de l’USN ;

Vu l’acte N°27 portant reconnaissance juridique de l’USN ;

Le Comité Directeur de l’U.S.N Réuni en séance extraordinaire ce Mardi 04 Novembre 2014 à l’effet d’examiner la situation académique, Sociale ainsi que la situation sociopolitique nationale et internationale, rend publique la déclaration dont la teneur suit :
Au plan Académique :
1. Le CD/USN constate avec regret et déshonneur la lenteur et le laisser aller qui caractérise la gestion de nos universités publiques s’agissant de l’ouverture des masters.
Cette situation est d’autant plus préoccupante qu’à l’université Abdou Moumouni de Niamey dans toutes les facultés excepté la médecine. Les étudiants sont traumatisés ou torturés selon les facultés ; si à la faculté des lettres les masters sont ouverts la soutenance fait tout une carrière pendant qu’à la faculté des sciences économique et juridique les étudiants sont à cheval entre le système classique et le LMD avec trois promotion c’est-à-dire celle de 2011-2012 ,2012-2013 et 2013-2014 ; voilà le sort qui leur est réservé alors que l’ensemble des étudiants nigériens ne font pas les étudiants d’une seule faculté au Bénin.
Dans la même logique, le Sénégal qui nous a largement dépassés en matière d’enseignement supérieur envoie à l’international plus de 2000 étudiants par an. Quel honte pour notre pays !
2. l’USN condamne avec la dernière énergie le retard constaté dans la rentrée au niveau secondaire et des collèges professionnels publics ou d’ailleurs la situation géographique des infrastructures de ces écoles restent obscures ainsi que l’encadrement qui n’est pas au rendez-vous.
Alors comment peut-on ne pas être sensible de la situation des candidats en terminal et en 3è ou les élèves sont plus de 100 dans une seule classe.
La suppression du CFEPD qui devrait s’entendre par une amélioration significative du niveau des élèves augure un génocide académique du fait du non-respect du système et du processus d’évaluation mais aussi et surtout du recrutement des brevetés qui de façon drastique anéanti l’espoir de tout un peuple.
Au même moment ou le pauvre nigérien réuni ciel et terre pour la scolarité de son enfant, certains administrateurs véreux et éhontés transforment les écoles nigériennes en un centre commercial en augmentant de façon unilatérale les frais de scolarité jetant dans la poubelle l’accord signé entre la société civile et l’État du Niger en 2007
L’USN interpelle la DEPRI à revenir sur ces mesures draconiennes et impopulaires
3. L’USN constate la mauvaise foi du gouvernement, son refus ou son incapacité à imposer aux entrepreneurs qui le traine dans la Boue et le malmène à volonté dans le cadre de la construction des infrastructures à savoir le chantier non achevé dans toutes les universités publiques du Niger plus précisément l’amphithéâtre 1000 places de la médecine et récemment la construction de 4 amphithéâtres 1000 places et 4 cités de 1200 places dans les quatre universités qui tardent toujours à démarrer. Cette situation nous amène à interpeller l’Etat
Au plan Social :
1 .L’aide social qui devrait accompagner l’étudiant non boursier comme son nom l’indique est devenu un moyen de chantage pour l’Etat qui donne à qui il veut non à qui est dans le besoin. Comment 1 milliard 500 millions peut couvrir la demande alors que le nombre d’étudiant croit de façon exponentielle et l’enveloppe n’évolue pas proportionnellement à la demande. Une assistance sociale qui dépouille l’étudiant de toute son énergie sans que ce dernier accède à cette aide. A l’heure où nous vous parlons plus de 2000 étudiants attendent toujours l’aide sociale de l’année dernière.
Comme si cela ne suffisait pas il fallait faire souffrir doublement les étudiants en année de master en leur imposant 3 années pour un master de deux ans du fait de la négligence de certains enseignants de l’insouciance et de la faiblesse de l’État quant aux respects des textes par ces enseignants.
Mais malheur est de constater que l’État dans toutes sa plénitude et sa grandeur s’agenouille face au véritable responsable du retard et s’évertue à supprimer la bourse de nos militants en masters tant dans les universités que les écoles professionnelles : n’est-ce pas le droit qui dit que « nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. »Donc soit l’Etat se donne les moyens d’imposer un comportement au véritable responsable du retard soit il met nos militants dans leur droit.
2. Au même titre que les étudiants nigériens à l’international perçoivent leurs bourses difficilement sinon la perdre sans raison, l’allocation de 12000 ou 18000 respectivement au collège et lycée constitue la chasse gardée de certains responsables locaux qui refusent de donner toujours l’allocation de Mai, Juin et Juillet 2014.
L’USN s’indigne face au comportement de l’Etat qui pour la faiblesse des ressources sinon le manque fait vivre un calvaire infernal à nos boursiers ; Cette situation n’a que trop duré. Voilà qu’en juillet le payement de la bourse à train perdu fait de l’indisponibilité des ressources nous assistons une fois de plus à un plan machiavélique du payement de la bourse des vacances qui ne tient compte d’aucune logique que de manque d’argent qui fait que l’ANAB tire sur le temps dans le cadre du payement de la brousse.
A cette situation désastreuse expressément entretenue par l’Etat s’ajoute les conditions dans lesquelles les étudiants sont transportés qui fait couler les larmes
Au vu de tout ce qui précède,
L’USN exige de l’Etat la concrétisation des masters dans toutes les facultés des universités précisément à la FSEJ et l’encadrement des des étudiants en masters a la FLSH ainsi que les autres facultés de l’université de Niamey
L’USN exige le traitement sans condition et sans délai les réclamations de l’aide social ainsi que le désintéressement des étudiants en masters des écoles professionnelles comme les universités
La construction des infrastructures pour les collèges professionnelles nouvellement créés
De décongestionner toutes les classes qui sont en surnombre particulièrement les classes d’examen
L’arrêt de recrutement des brevetés brutes ainsi que l’évaluation du système ayant substitué le CFEPD .
Le respect des conclusions du comité gouvernement coalition équité qualité contre la vie chère dans certaines écoles
Le payement intégral et rapide de la bourse des vacances
La dotation rapide des universités en bus supplémentaires
Le payement des allocations du 3è trimestre là ou elle traine encore
La finalisation des bâtiments en chantiers ainsi que le démarrage rapide des travaux des différentes cités et amphi dont la pose de la première a eu lieu ça fait des mois de cela
A la lumière de tout ce qui précède le CD/USN en guise d’avertissement lance un mot d’ordre de suspension de toutes les activités académiques de 72H sur toute l’étendue du territoire national excepté les examens
Au Plan National et International
1. Au Plan National,
Notre pays une fois de plus vient d’être touché par des terroristes sans repère dans la nuit du 30 octobre contre la patrouille de Tillabéry, la prison civile d’Ouallam et le site des réfugiés de Mangaisé. Cette attaque qui a couté la vie à 9 de nos forces de défenses st de sécurité plus un civil. A cette douloureuse circonstance, l’USN présente ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées, aux forces de défenses et de sécurité, à la nation toute entière
Au moment où nos forces de défenses sont exposées au-delà le peuple on se demande ce que vaut la présence des avions de guerre et drone français et américains qui n’ont trouvé mieux que de s’écraser sur notre aéroport plutôt que de sécuriser réellement
2. Au Plan International,
Le peuple Burkinabé a montré aux peuples africains et à la face du monde qu’un soulèvement populaire capable de débarquer un dictateur sans que instruction ne soit donnée d’ailleurs est possible en Afrique. Blaise a quitté la leçon est à tirer par les dictateurs qui s’accrochent au pouvoir ou qui transforment la succession en une dynastie.
Bravo au pays des hommes intègres, honneur à Sankara Courage au peuple burkinabé pour l’instauration définitive d’un régime démocratique, sans besoin du sang
Vive l'USN
Vive le Niger !
La patrie ou la mort nous vaincrons !
Pour le comité Directeur
Le Secrétaire Général
AnnassaDjibrilla

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire