mardi 16 septembre 2014

Journées de réflexion pour la lutte contre le mariage précoce et les grossesses précoces chez les adolescentes.



Vue des officiels à l’ouverture du forum
Au Niger, la grossesse des adolescentes constitue à la fois un véritable problème de santé publique et de développement socioéconomique et humain. Chaque jour, 256 adolescentes nigériennes âgées de 15 à 19 ans et 28 adolescentes âgées de 12 à 14 ans deviennent mère. Les grossesses des adolescentes sont des grossesses à risque car elles surviennent au moment où le corps de la jeune fille est encore immature pour supporter une grossesse et trop jeune pour faire face aux responsabilités de mère. Ces grossesses sont le plus souvent le résultat de mariage précoce. Un fléau qui gangrène notre société. En effet, selon les données rapportées par les EDS de 1998 à 2012, 2/3 des adolescentes sont mariées avant l’âge de 19 ans et parmi elles, 1/3 avant l’âge de 15 ans. Pour prévenir et trouver des pistes de solutions chez ces adolescentes, la Direction régionale de la Santé Publique de Tillabéri en collaboration avec l’UNFPA a organisé du 11 au 12 Septembre 2014 un Forum dénommé « THE REGIONAL ».

Ce forum a vu la participation des autorités administratives et coutumières, des représentants des services techniques, des organisations de la société civile, des leaders religieux, les medias et le jeunes aussi. L’objectif visé à travers cette rencontre est de Renforcer la mobilisation sociale pour la prévention des mariages précoces et des grossesses chez les adolescentes.

Séance de travaux de groupe
A l’ouverture de la rencontre, les autorités régionales, ont beaucoup salué l’initiative. Le Secrétaire Général de la Région a aussi exhorté les participants pour qu’ils murissent leur réflexion afin de trouver des voix et moyens pour protéger ces jeunes filles.

Quant aux jeunes présents à ce forum, ils ont d’abord remercié les autorités administratives, les services techniques et leur partenaire à savoir l’UNFPA qui continuent d’apporter leur soutien pour bannir tous les maux dont souffrent la jeunesse en général et les adolescentes en particulier.

Au sortir des deux jours de réflexions des recommandations très pertinentes ont été formulé à l’endroit de tous les acteurs pour qu’ensemble ont puissent mettre fin a ces maux dont souffrent nos sœurs.

Par Abdoul Salam Yacouba CCAJ/Tillabéri

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire