vendredi 12 décembre 2014

66ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme : ''Les droits de l'Homme 365 jours'', thème de la Journée internationale de droits de l'Homme

                                  


    Lors de la rencontre Lors de la rencontre
    La communauté internationale a célébré, aujourd'hui 10 décembre, la 66ème journée internationale des droits de l'Homme sous le thème ''les droits de l'Homme 365 jours''. C'est en effet, le 10 décembre 1948, soit trois ans après la fin de la seconde guerre mondiale, que la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme a été élaborée et adoptée par les Nations Libres du monde réunies au sein de l'assemblée générale des Nations Unies. Les Nations Unies ont décidé de donner une plus grande dimension aux questions des droits de l'Homme.
    Signataire de ladite déclaration, le Niger s'est joint à la communauté internationale pour fêter l'anniversaire de cette déclaration. La cérémonie inaugurale des festivités de la commémoration organisée par la chancellerie s'est déroulée à l'académie des arts martiaux de Niamey sous la présidence du ministre de l'Emploi, du Travail et de la Sécurité Sociale, M. Salissou Ada, assurant l'intérim de son homologue de la Justice, Garde des Sceaux. Il y avait notamment le coordonateur du Système des Nations Unies a .i M. Assimawè Pana, des membres du cabinet du ministre et des responsables de la commission Nationale des Droits Humains.
    Devant des centaines de jeunes mobilisés à l'académie des arts martiaux, le ministre Salissou Ada a souligné que la DUDH est un texte historique important qui stipule en son article 1er que ''tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits''.
    La journée internationale célébrée le 10 décembre de chaque année vise à réaffirmer la primauté des droits dans la vie de l'Homme. Cette occasion est aussi saisie par la communauté internationale pour plaider afin que chaque être humain puisse exercer et jouir pleinement de ses droits où qu'il soit et quel qu'il soit, sans aucune discrimination. Le choix du thème de cette année, ''Droits de l'Homme 365 jours'' en dit long sur la volonté des Nations Unies et la marche irréversible de la communauté internationale vers l'affirmation de la dignité humaine.

    Le ministre a précisé que ce slogan implique que chaque jour de l'année est une journée des droits de l'Homme. Donc, a-t-il dit, le thème retenu pour ce 66ème anniversaire de la DUDH souligne que chaque jour est une journée au cours de laquelle tous les êtres humains doivent être traités avec dignité et égalité, que les droits de l'Homme font partie du vécu de l'Homme, de son quotidien, et qu' ils sont inhérents à la personne humaine. Affirmant que les droits sont la ''quintessence des valeurs par lesquelles nous affirmons ensemble que nous appartenons à une même famille, la communauté humaine'', le ministre Salissou Ada a expliqué que les droits ne sont spécifiques ni à un pays, ni à une culture, et ne sont propres ni à une époque, ni à un groupe social. Les droits sont donc universels et inaliénables de toutes les personnes, toute leur vie.
    Le ministre de la justice a.i a rappelé qu'au Niger, les droits de l'Homme se sont renforcés au cours des dernières années par des réformes substantielles sur le plan normatif et institutionnel. Cela relève des efforts sans cesse croissants déployés par le gouvernement en matière de promotion des droits de l'Homme tant au niveau civil, politique, économique, social que culturel. M. Salissou Ada a évoqué la dépénalisation des délits par voie de presse et l'amélioration de l'accès à la justice pour souligner les progrès réalisés au Niger, un pays qui s'est en outre résolument engagé à lutter contre l'esclavage et la traite des personnes à travers des mesures législatives et la mise en place des structures de lutte contre ces phénomènes.
    Ces efforts et avancées ont été salués par les observateurs avertis dont la rapporteuse des Nations Unies sur les formes contemporaines de l'esclavage. Les efforts du Niger en matière de droits à l'alimentation ayant permis d'enregistrer des résultats probants ont été salués par la FAO.
    Mais le ministre a tenu à préciser que ces avancées cachent d'autres défis à relever au niveau des droits sociaux de base. ''Le Niger s'est engagé à développer des initiatives concrètes qui contribueront à l'effectivité des droits sociaux'', a-t-il assuré, avant d'ajouter que les défis auxquels doit faire face la communauté internationale sont immenses. M. Salissou Ada a fait constater que la violence, le terrorisme, la pauvreté et les conflits sont de véritables obstacles à la promotion et à la protection des droits de l'Homme. Il a réaffirmé la détermination de l'Etat du Niger à ''s'acquitter davantage de ses obligations pour accroitre les conditions essentielles afin que toutes les personnes relevant de son territoire puissent jouir de la plénitude de leurs droits et libertés''.
    Pour le coordonateur a.i du SNU, le choix du thème de cette édition est un appel à la responsabilité des Etats et des populations à mettre en œuvre pour garantir la jouissance des droits pour tous et à tout moment. Il rappelle en même temps l'engagement des Nations Unies à travailler auprès des gouvernements pour traduire en réalité les principes de la DUDH. M. Pana a reconnu les avancées enregistrées au Niger, des progrès que la détermination du gouvernement et la bonne collaboration avec ses partenaires ont rendus possibles. Il a lui aussi souligné qu'il y a encore des défis à relever et que des efforts restent à faire pour la réalisation des droits économiques et sociaux, l'accès à la justice, la lutte contre les formes contemporaines d'esclavage, le terrorisme, les questions de la sécurité alimentaire, des réfugiés et des migrants.
    Dans une déclaration rendue publique à l'occasion de la célébration de la journée internationale des droits de l'Homme, la haute représentante de l'Union Européenne Mme Federica Mogherini a indiqué que le thème de la Journée internationale des droits de l'Homme de cette année, ''Human Rights 365'' -reflète l'aspiration que chacun de nous, où qu'il se trouve, à tout moment, puisse jouir pleinement de tous les droits de l'Homme. Elle a réitéré la détermination de l'UE à faire respecter les droits de l'homme. C'est dans cette optique qu'elle a mis en place le cadre stratégique en matière de droits de l'Homme et de démocratie, assorti d'un plan d'action et désigné un représentant spécial de l'UE (RSUE) pour les droits de l'Homme.
    (lire ci-dessous l'intégralité de cette déclaration).

    Zabeirou Moussa

    Déclaration de Mme Federica Mogherini, de au nom de l'Union Européenne, sur la Journée des droits de l'Homme, célébrée le 10 décembre 2014
    Nous célébrons aujourd'hui la Journée des droits de l'Homme, qui commémore l'adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme par l'Assemblée générale des Nations Unies il y a 66 ans.
    Le thème de la Journée internationale des droits de l'Homme de cette année - Human Rights 365 - reflète l'aspiration que chacun de nous, où qu'il se trouve, à tout moment, puisse jouir pleinement de tous les droits de l'Homme.
    L'UE est déterminée à faire respecter ces droits. Il y a deux ans, nous avons adopté le cadre stratégique en matière de droits de l'Homme et de démocratie, assorti d'un plan d'action, et nous avons désigné un représentant spécial de l'UE (RSUE) pour les droits de l'Homme. Depuis, avec le soutien des États membres de l'UE, nous militons en faveur des droits de l'Homme dans le cadre de plus de 40 dialogues sur ce thème menés avec des pays tiers et nous œuvrons aux côtés d'organisations régionales et multilatérales, parmi lesquelles l'ONU.
    Le RSUE, M. Stavros Lambrinidis, coopère étroitement et de manière proactive avec des partenaires clés et soutient le rôle des organisations de la société civile dans le monde entier. Les délégations de l'UE suivent la situation, font rapport et interviennent sur les questions concernant les droits de l'Homme, parfois dans des conditions très difficiles.
    Nous avons obtenu des résultats importants, mais il reste encore beaucoup à faire. Un des points qui appellent une action de notre part est la torture. La Convention contre la torture a été adoptée par l'ONU il y a trente ans, jour pour jour, et pourtant cette forme de violence est encore largement pratiquée à travers le monde. Il convient que nous nous y attaquions de toute d'urgence.
    Le renouvellement, en 2015, de notre plan d'action en matière de droits de l'Homme et de démocratie sera l'occasion de réitérer notre engagement et de nous attaquer à d'autres obstacles qui se posent à l'universalité et à l'indivisibilité des droits de l'Homme.

    Réactions :

    0 commentaires :

    Enregistrer un commentaire