vendredi 17 octobre 2014

LE NOUVEAU RAPPORT GLOBAL HUNGER, INDEX MONTRE DES PROGRÈS EN AFRIQUE AU SUD DU SAHARA.



Au cours des deux dernières décennies au moins six pays africains ont enregistré des améliorations considérables dans la lutte contre la faim à insuffisance pondérale, décrit comme étant le principal indicateur de la faim et de la sous-alimentation, en dépit de l'insécurité alimentaire persistante dans plusieurs régions à travers le continent, selon à un nouveau rapport Global Hunger Index (Ghi) pour 2014.
Le rapport, publié lundi, a nommé l'Angola, le Tchad, le Ghana, le Malawi, le Niger et le Rwanda comme étant les pays qui ont enregistré des améliorations considérables.
Le rapport qui a été préparé par le International Food Policy Research Institute (Ifpri) basé aux Etats-unis, en collaboration avec Concern Worldwide, une Ong internationale, a également indiqué que la tragédie de la faim persiste pour 805 millions de personnes souffrant de la faim aujourd'hui au niveau mondial.
Il a déclaré que les niveaux les plus élevés de la faim sont en Afrique au sud du Sahara, avec des niveaux de faim étant «extrêmement alarmant» dans 16 pays à travers le monde, tandis que deux pays africains - le Burundi et l'Erythrée- ont tous deux été classés comme étant «extrêmement alarmant».
En outre, de nouvelles découvertes sur la faim dans le monde met en évidence des tendances négatives pour certains pays d'Afrique au sud du Sahara en vue d'atteindre la sécurité alimentaire où la mauvaise alimentation, la maladie, une mauvaise absorption et l'augmentation des besoins de micro-nutriments au cours de certaines étapes de la vie, comme la grossesse, l'allaitement et la petite enfance, ont été parmi les causes de ce phénomène également décrit comme une «faim cachée».
Afin d'éliminer la faim cachée, le rapport recommande que les gouvernements doivent faire preuve de volonté politique en la combattant comme une priorité.
«Les gouvernements et les institutions multilatérales ont besoin d'investir et de développer les ressources humaines et financières, de renforcer la coordination et assurer le suivi ainsi que l'évaluation transparente pour renforcer les capacités en matière de nutrition», a suggéré le rapport.
En comparant avec la cote en 1990 au niveau mondial, le score Ghi 2014 est de 28 pour cent plus faible en Afrique au sud du Sahara, 41 pour cent plus faible en Asie du Sud et 40 pour cent inférieur au Proche-Orient et en Afrique du Nord.
'L'Afrique au sud du Sahara a le score le plus élevé du Ghi régional, suivi de près par l'Asie du Sud', selon le rapport, tout en soulignant que la situation dans le Sahel, cependant, reste précaire.
C'est parce que la fréquence et l'intensité accrues des chocs climatiques a continué à éroder la capacité d'adaptation des ménages vulnérables, contribuant ainsi à la détérioration de la résistance dans la région.
L'exode des populations de cette région, de la République centrafricaine et du Darfour, a mis plus de pression sur le Tchad, le Cameroun et le Mali pour absorber les réfugiés. Les populations déplacées et leurs communautés d'accueil sont confrontées à un risque élevé d'insécurité alimentaire, de malnutrition et des épidémies, selon le rapport.
Toutefois, il a noté que l'aide humanitaire substantielle pour la région du Sahel, y compris les interventions de sécurité alimentaire et de nutrition, la protection contre la violence, les mesures visant à accroître la capacité d'adaptation des ménages et des communautés ainsi que de soutien pour les personnes déplacées et les réfugiés, continuera d'être nécessaire.
Dans le même temps, le rapport a indiqué que les bonnes nouvelles dans le Ghi de cette année est que le nombre de personnes souffrant de la faim a diminué de façon constante dans la plupart des pays en développement.
Le directeur général de l'Ifpri, Shenggen Fan, a déclaré : « Il y a beaucoup plus à faire pour lutter contre la faim, y compris la faim cachée, pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour les plus vulnérables.
«La faim cachée n'affecte pas seulement le bien-être de l'individu. Elle a également un coût économique, la coupe du produit intérieur brut dans de nombreux pays en développement '.
Tout en soulignant que la nécessité de prévenir et de traiter la faim cachée requiert une action à tous les niveaux, le nouveau rapport a recommandé que la communauté internationale doit veiller à ce que le cadre post-2015 comprenne un objectif universel pour éliminer la faim et la malnutrition sous toutes ses formes et des mécanismes clairs pour garantir la responsabilité.
 Source  PANA

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire