mercredi 8 juillet 2015

SOS Ceinture verte de Niamey : réserver ce patrimoine important des actions dévastatrices de l’homme

Le 3 août, c’est la  fête de l’Indépendance de notre pays. C’est aussi la fête de l’Arbre, depuis que, feu le Général Seyni Kountché l’a voulu ainsi. Et quand on dit arbre, dans la Communauté Urbaine de Niamey tout au moins, on doit immédiatement penser à la Ceinture Verte, ce joyau écologique, qui fait la fierté denotre     capitale, toute sahélienne qu’elle soit !
Selon un document des services de l’Environnement, l’idée de la création de la Ceinture Verte de Niamey remonte à 1965, avec pour objectif de promouvoir les boisements urbains « afin de protéger la capitale contre les intempéries, par la création d’une bande verte péri-urbaine large de 1 km et longue d’environ 25km » Et pendant 30 ans, les services compétents s’échineront avec l’appui technique et financier des amis du Niger et de l’Environnement, pour une enveloppe d’environ 3 milliards de Fcfa, à travailler d’arrache-pied.

Ces efforts qui ont permi d’avoir environ 2000 ha de verdure autour de la capitale, avaient de très nobles objectifs à savoir contribuer à la sensibilisation et à l’éducation environnementale de la population de Niamey ; protéger la ville de Niamey contre les intempéries tout en contribuant à  l’obtention d’une sorte de micro-climat ; satisfaire certains besoins comme l’alimentation humaine et animale, l’énergie bois ; contribuer au maintien d’une bio diversité riche et variée qui pourrait permettre le développement adéquat d’un cadre pour la recherche scientifique et technique.

Cependant, depuis quelques années, toutes ces belles résolutions sont en passe de devenir des voeux pieux. En effet, entre les champs que certains se sont taillés dans la ceinture, les villas que d’aucuns essayent d’ériger, les coupes frauduleuses de bois, le déversement massif de déchets solides et liquides ou encore une insécurité grandissante dans et autour de ce joyau, un écologiste convaincu ne saurait où donner de la tête après un tour dans la ceinture verte de Niamey.  Aujourd’hui, ce bijou que le Niaméen pouvait montrer avec fierté aux visiteurs de passage, est en grand danger. Et ceci, malgré les initiatives multiformes des services compétents. Car, devant l’ampleur des dégâts, les services et autorités compétents ne sont pas restés les bras croisés.

Ainsi, avec l’appui du PNUD, le Ministère chargé de l’Environnement a organisé un forum national sur la question et un comité a été mis en place pour le suivi et la mise en oeuvre des recommandations dudit forum. Toujours selon le document des services de l’environnement, un plan d’aménagement et de gestion de la ceinture verte a été élaboré, qui a pour but d’assurer un cadre idéal de détente et de loisir tout en continuant à satisfaire les besoins des populations en certains produits et services.

La validation du ce plan serait en cours et les opérations de suspension de mise en valeur des parcelles attribuées dans l’espace de la ceinture vont bientôt démarrer, si ce n’est déjà fait. Cependant, pour que dans une trentaine d’années, la future génération de Niaméens profite encore de ce bijou.

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire