jeudi 23 mai 2013

Investir aujourd’hui pour des lendemains plus sûrs



 La 4e session de la Plateforme Mondiale pour la Réduction des Risques de Catastrophe
Geneve, Suisse, 19 -23 mai 2013 avait pour thème : « Investir aujourd’hui pour des lendemains plus surs » A la suite deux jours de consultations intenses entre les groupes d'intervenants sur toute une gamme de sujets,  afin d’engager  les partenariats de base pour une meilleure gestion des risques de catastrophes et la  Post 2015 du Cadre d’Action Hyogo. Les participants sont issus de gouvernements, d’agences et d’organisations internationales, d’ONG et de la société civile, d’institutions universitaires et techniques, ainsi que du secteur prive et évalueront les progrès mondiaux réalisés dans l’implémentation du Cadre d’Action de Hyogo. A la fin de la journée d’hier, 4783 personnes s'étaient inscrites pour participer en ligne et 2 485 personnes avaient reçu leurs badges. Cela comprenait 673 délégués de 165 gouvernements, 634 des Nations Unies et OIG représentants, 209 des 130 Institutions Académiques, 159 personnalités et 19 ambassadeurs,  100 représentants du secteur privé provenant de 67 entreprises, et 372 représentants de 209 ONG. Une participation record dira t-on ici. Margareta Wahlstrom, UNISDR chef, a mis en exergue que la Plate-forme mondiale de 2013 veut « donner une attention particulière aux trois domaines essentiels, le premier est l'investissement du secteur privé dans la gestion des risques de catastrophe - à la possibilité de créer de la valeur partagée pour les entreprises et les sociétés ainsi que pour la société. Le second est le travail des communautés locales, des réseaux et le soutien des politiques dans la construction de la résilience. Le troisième est les gouvernements au niveau local et national, et leur rôle dans la mise en œuvre du Cadre de Hyōgo, ainsi que sur un programme d'action pour renforcer la résilience aux catastrophes dans un cadre post-2015. Des consultations ont eu lieu aux niveaux local, régional et international pour chercher à établir une série de recommandations claires de la société civile qui aideront à l'élaboration d'un cadre post-2015 pour la réduction des risques de catastrophe (HFA2) qui a un impact au niveau local. La  session de la société civile a donner l'occasion de partager les résultats des consultations à ce jour - en particulier des vues de la recherche de pointe et les consultations associées - et aussi pour en apprendre davantage sur le processus et les progrès du Groupe consultatif HFA2 du point de vue de la société civile. Lors de la consultation de la société civile, l’un des messages clés est le financement des actions de prévention. L’investissement dans la réduction des risques de catastrophe sauve des vies et protège les moyens de subsistance, les actifs publics et les biens privés. Il était également discuté l’établissement d’un lien avec les nouveaux OMD post 2015 pour que les risques de catastrophes y trouvent une place importante. Renforcer la résilience des communautés et la suite du plan d’action de Hyogo qui prend fin en 2015.
Pour gérer les aléas et vivres avec les risques, il est impératif de connaitre ces derniers et d’y être préparés. Les importants types de catastrophes au Niger sont les sécheresses, les inondations, les invasions acridiennes, épizooties, épidémies, incendies.


Sani Ayouba

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire