jeudi 24 octobre 2013

Les centres des jeunes de Taladjé et Boukoki sous les projecteurs


C'est une délégation composée du ministre de la jeunesse ainsi que des partenaires techniques et financiers à savoir l'ambassade de France au Niger, l'Unicef et l'UNFPA qui se sont rendu au centre des jeunes de Taladjé et celui de Boukoki ce lundi 21 octobre.
C’est d’abord le centre du quartier Taladjé qui a constitué la première étape. Actuellement en extension, il offre aux jeunes un cadre d’apprentissage, tout en leur assurant une éducation socio-culturelle et professionnelle mais aussi de détente. Ainsi, ce centre donne une seconde chance aux jeunes en difficultés sociales, fait la promotion des activités socio-éducatives auprès des jeunes. Avec des cours de mise à niveau dispensés à l’intention des candidats libres au BEPC, beaucoup de jeunes ont eu la chance d’admettre. Il y aussi un foyer féminin où les jeunes filles apprennent la couture, le tricotage, la teinture, la broderie, éducation sociale, crochet, cuisine et aussi une filière transformation de produit en agroalimentaire qui vient de voir le jour. Ici, les jeunes on une bibliothèque, une salle informatique mais aussi une cellule sur la immigration créée avec le soutien de l’Unicef dans le but d’informer, d’orienter et accompagner les migrants potentiels ou de retour. Enfin une autre cellule ayant pour but d’informer et d’orienter les jeunes dans leurs choix professionnels.
Deuxième étape, le centre des jeunes de Boukoki. Il a été mis en place en 1997 et s’est fixé comme objectif d’assurer une prise en charge efficace des besoins des adolescents et des jeunes en matière de Santé Sexuelle et Reproductive. Dans ce cadre, plusieurs activités y sont menées à travers la ligne verte d’information sur le IST/VIH Sida joignable au numéro 14, le centre de formation en matière de couture et autres activités génératrices de revenus pour les jeunes filles, l’organisation d’activités sportives et culturelles, les séances d’Information-Éducation-Communication (IEC) de proximité dans le centre et dans les quartiers environnants de Boukoki, l’unité de prestation de services cliniques de santé sexuelle et reproductive des adolescents, le centre de documentation, et aussi une radio communautaire pour les jeunes appelée la voix des jeunes qui émet sur 99 Mhz. Cette dernière n’arrive cependant pas à couvrir toute la ville de Niamey. Les partenaires se sont dits prêts à réfléchir sur les moyens permettant d’augmenter la portée de cette radio. Ils repartent satisfaits et promettent d'accompagner encore plus ces centres.


Par I.A

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire