mercredi 23 octobre 2013

Avis d’Appel d’Offres



 Le Programme des Nations Unies pour le Développement(PNUD) au Niger lance cet avis de recrutement  d’un consultant national et d’un cabinet ou ONG dans le domaine ci-après :


-        Un (01) consultant national pour l’étude de vulnérabilité des jeunes dans la région de Tahoua.
-        Un (01) cabinet ou une ONG pour une étude d’analyse des facteurs de conflit au Niger.
                      
Les personnes physiques ou morales intéressées peuvent télécharger les TDRs détaillés sur le site du PNUD à l’adresse : http://www.pnud.ne/appel_offre.htm.


Les candidatures  devront être remises sous pli fermé portant la mention de chaque poste et doivent  parvenir  à la réception du PNUD au plus tard le 31/10/2013 à 12 heures, heures  de Niamey GMT+1 à l’adresse suivante :


Représentant Résident adjoint Directrice des Opérations
PNUD- Niger B.P : 11207 – Niamey, Maison des Nations Unies,


La Représentation du Programme des Nations Unies pour le Développement se réserve le droit de rejeter toute candidature incomplète, mal adressée ou parvenue après la date et l’heure de clôture sans qu’il soit besoin de s’expliquer à ce sujet.




   
PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT
TERMES DE REFERENCE DU CONSULTANT
REDIFFUSION


       I.         Informations sur la consultance

Numéro du Poste :

Titre du poste :             Etude des facteurs de vulnerabilité des jeunes dans la région de Tahoua

Type de Contrat :        Contrat individuel
Lieu d’affectation :      Tahoua avec beaucoup de descente dans les communes
Durée :                           21 jours ouvrés
Unité Organisationnelle : Prévention des Crises et Relèvement
Catégorie du poste :    Consultance

      II.         Contexte

Le Niger est situé en Afrique occidentale dans la zone de climat tropical sec. Il couvre une superficie de 1 267 000 km² dont deux tiers situés en zone saharienne. Il partage ses frontières avec sept pays dont plusieurs traversent des périodes de transformation intense: la Libye, l’Algérie, le Mali, le Burkina Faso, le Tchad, le Nigéria et le Bénin.

La population du Niger est estimée en 2011 à 16.3 millions d’habitant dont 64% à moins de 24 ans. Par ailleurs, le chômage des jeunes constitue une préoccupation importante et en 2010, il a été dénombré 7 363 diplômés sans emplois dont 52,5% d’hommes et 47,5% de femmes. Au niveau national cette situation est préoccupante, et notamment dans la zone sahélo-saharienne, où la jeunesse peut devenir une proie facile à la manipulation et au recrutement dans des activités illicites.

En effet, en plus des fréquents chocs externes résultant des catastrophes naturelles mais aussi des crises alimentaires répétitives et des conflits, qui affectent particulièrement les jeunes et les femmes, la survenance de façon épisodique de conflits mettant aux prises des communautés, le développement de la circulation illicite d’armes à feu, la contrebande dans certaines régions du pays, l’insécurité au Nord, l’impact au plan national des crises qui surviennent dans les pays voisins sont autant d’éléments qui augmentent la pression sur les mécanismes mis en place pour juguler les conflits internes.

En plus des défis précédemment évoqués, le Niger, de par sa situation géographique est en proie à d’autres types de contraintes liées aux conditions d’instabilité dans les pays limitrophes que sont notamment la Libye et le Mali. En effet, le Niger, comme le Burkina Faso, la Mauritanie, le Tchad et le Nigéria subit les conséquences et actes des mouvements armés et de groupes terroristes identifiés qui foisonnent aux frontières poreuses et mal contrôlées des pays de la région du Sahel. La circulation transfrontalière des combattants, des groupes armés et des mouvements terroristes ainsi que la circulation illicite des armes légères et de petit calibre et d’explosifs constitue un grave problème d’insécurité et une menace constante de stabilité interne des pays du Sahel et en particulier celle du Niger. Les pays du Sahel sont devenus des passerelles pour les activités des groupes terroristes tels qu’Al Qaeda, AQMI, MUJAO au Mali et Boko Haram au Nigeria ainsi que d’autres réseaux criminels opérant aux frontières et menant simultanément des actions de déstabilisation à l’intérieur des pays voisins.

En outre, la crise au Mali a entrainé le déplacement de quelques 50.000 réfugiés ainsi que le retour de quelques milliers de nigériens, et une aggravation des risques de trafic des armes et des personnes. A cela s’ajoute le retour de plus de 263.000 migrants nigériens qui sont retournés de Libye, sans ressources et sans emplois ; ce qui a été non seulement un facteur aggravant sur la paupérisation des ménages dans les communautés d’accueil, déjà sujettes à des conditions de vie particulièrement difficiles, surtout en zone rurale , mais aussi pourrait favoriser le risque de recrutement de ces jeunes dans des groupes armés ou des activités illicites.

C’est dans ce contexte que le Gouvernement, prenant la dimension du problème a sollicité et obtenu l’appui du fonds PBF pour soutenir les initiatives de consolidation de la Paix à travers le projet « Jeunes, Paix et Développement dans la région de Tahoua » élaboré par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix.
Cependant, la réalisation d’un tel projet à caractère novateur recommande une connaissance de la situation de référence (situation de départ) pour un meilleur suivi-évaluation et capitalisation des résultats ou acquis majeurs en lien avec les indicateurs du projet.

C’est en vue d’analyser les facteurs de vulnérabilité des jeunes et de parvenir à l’élaboration de cette situation de référence, que la présente étude est envisagée.

    III.         Objectifs global et spécifique

Objectif global
L’objectif principal de cette étude est de faire l’état des lieux de la situation et des facteurs de vulnérabilité des jeunes dans les communes de Tchinta et Tassara et d’identifier les actions nécessaires afin de surmonter les défis relatifs à la problématique de Paix et Développement. Cette étude vise à établir une baseline afin de contribuer à l’élaboration des actions du projet « Jeunes, Paix et Développement dans la Région de Tahoua » en orientant celui-ci sur les réponses aux principaux défis soulevés.

Objectifs spécifiques
Cette étude poursuit les objectifs spécifiques suivants:
  • Identifier les principaux facteurs de vulnérabilités des jeunes dans le contexte sécuritaire actuel du Niger;
  • Analyser les causes immédiates, sous-jacentes et structurelles qui sous-tendent la condition des jeunes dans les communes de Tchinta et Tassara;
  • Dégager les problématiques prioritaires en terme gaps dans l’amélioration des conditions des jeunes et dégager des pistes d’amélioration de la situation;
  • Identifier les groupes les plus vulnérables susceptibles d’être les principales victimes de la situation actuelle et des risques potentiels;
  • Faire des recommandations de stratégies à mettre en œuvre pour le projet « Jeunes, paix et développement dans la région de Tahoua ».
    IV.         Taches du consultant

Le consultant entreprendra les tâches suivantes:

  • Collecter, rassembler et analyser toute la documentation disponible sur la situation des jeunes et obtenir un diagnostic complet de la situation socio-économique des jeunes dans la région de Tahoua en général et dans les communes de Tchinta et Tassara en particulier ;
  • Faire le diagnostic des besoins éventuels de jeunes en matière d’insertion socioéconomique et d’accompagnement en lien avec la situation sécuritaire actuelle;
  • Etablir une situation de référence (baseline) en manière de réinsertion socioéconomique des jeunes, inclus une cartographie des structures en charges des questions de réinsertion des jeunes;
  • Elaborer le rapport complet et validé des facteurs de vulnérabilités des jeunes.

      V.         Produits attendus

Il est attendu de cette étude, un rapport qui comprendra:

·       Résumé analytique sur les objectifs de l’étude, la méthodologie utilisée, les résultats obtenus par rapport à la vulnérabilité des jeunes dans le contexte actuel;
·       Un rapport complet de l’analyse de la vulnérabilité des jeunes, inclus les conclusions et recommandations permettant un suivi réaliste, pertinent et cohérent des activités;
·       Un rapport d’état des lieux de la situation des jeunes face aux menaces sécuritaires permettant de constituer de manière exhaustive la situation de référence du projet;
·       Rapport des ateliers de validation.

    VI.         Méthode et supervision

Le consultant travaillera sous la supervision du Chargé de Programme de l’Unité Crise PNUD, en étroite collaboration avec la Conseillère en Paix et Développement et l’ensemble des Points Focaux des Agences de mise en œuvre du projet JPAD et la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP). Le consultant aura l’initiative, durant toute la durée du projet, de proposer et de mettre en œuvre les solutions les plus adéquates pour la réalisation de cet étude.

Avant l’étude :
-       Le consultant est responsable de toutes les activités relatives à cette étude, et de l’élaboration des approches/outils
-       Le consultant  fournira, pour validation un dossier technique présentant le plan de travail et l’approche méthodologique qui sera utilisé lors de l’étude proprement dite ;

Pendant l’étude :
-       Le consultant communiquera à l’équipe de projet (point focaux) les propositions de  modification éventuelles des approches et tiendra compte de ses commentaires ;
-       Le consultant s’attachera à faciliter les entrevues, le recrutement et la mobilisation des acteurs,  et l’obtention des autorisations de mener l’étude au prêt des autorités nationales et régionale ;

Après l’étude :
-       Le consultant présentera une version provisoire des résultats d’analyse de l’étude pour commentaires et validation au niveau régional d’une part et au niveau national d’autre part
-       Le consultant  fournira la version finale de l’étude à la description faite dans la section « Produits attendus » 
-       Le consultant présentera le rapport final intégrant les commentaires et inputs de l’atelier de validation National.

   VII.         Compétence du consultant

Compétences
  • Capacité de travailler en équipe;
  • Aisance dans la communication écrite et orale;
  • Faire montre d'intégrité en adoptant les valeurs et normes éthiques des Nations Unies;
  • Promouvoir la vision, la mission et les objectifs stratégiques du PNUD;
  • Faire preuve d'un esprit d'adaptation et de la tolérance en matière de culture, sexe, religion, race, nationalité et âge;
  • Traiter quiconque avec équité et sans favoritisme;
  • Une bonne connaissance du Microsoft pack office de traitement de texte et tableur.

Education
  • Le consultant doit être titulaire d’un diplôme universitaire en sciences sociales de niveau BAC + 5 au moins (DEA, master, doctorat).

Expériences
  • Justifier d’une expérience d'au moins 5 ans dans les analyses de situation de conflits, de programmes et projets notamment de prévention des crises, conflits et de paix;
  • Expérience minimum de 5 ans dans les enquêtes scientifique et anthropologique;
  • Grande expérience dans la préparation et conduite des recherches et/ou étude, plus particulièrement des études de faisabilité et/ou Baseline;
  • Expérience prouvée dans la production de rapport des résultats d’étude;
  • Une bonne connaissance des logiciels de traitement des données et exploitation Microsoft.

Langue
  • Très bonne maitrise du Français, connaissance de l’Anglais serait un grand atout.

 VIII.         Critère de sélection des offres

L’offre technique se fera suivant les critères ci-dessous (100 points).

La sélection du consultant se fera suivant les critères ci-dessous:
  • Diplôme = 10 points;
  • Expérience et référence du consultant en matière de préparation, organisation et conduite des études de recherche sociales révérencielles = 20 points;
  • Expérience d'au moins 5 ans dans les analyses de situation de conflits, de programmes et projets notamment de prévention des conflits et de la consolidation de la paix = 20 points;
  • Expérience prouvée dans la production de rapport des résultats d’étude = 10 points;
  • Une bonne connaissance des logiciels de traitement des données et exploitation Microsoft = 10 points.

Offre financière = 30 points

    IX.         Méthode d’évaluation des offres

La méthode d’évaluation qui sera utilisée est celle du meilleur rapport qualité/prix (score combiné). Il sera tenu compte des compétences et les expériences du consultant, de sa méthodologie mais également de sa proposition financière.

      X.         Soumission des offres

Le consultant doit soumettre:

Une proposition technique:
  • Présentation de l’approche méthodologique et de l’organisation du travail envisagé (max 5 pages);
  • Le CV (format libre);
  • Trois références.
  •  
Une proposition financière:

La proposition financière doit indiquer le coût global de l’étude. Afin d'aider à la comparaison des offres, chaque proposition financière comprendra une ventilation détaillée du montant, incluant:
  • Les honoraires du consultant (indemnités journalières X nombres de jours ouvrables prévus);
  • Les dépenses de transport (location de voiture + carburant);
  • Les frais de mission (dans le cadre des déplacements dans la zone de l’étude).

    XI.         Date limite et lieu de dépôts des candidatures
Les candidatures devront être remises sous pli fermé portant la mention « Etude des Facteurs de Vulnérabilité des Jeunes à Tahoua» et doivent parvenir au plus tard le jeudi 31 octobre 2013 à 12 heures,  à l’adresse suivante:
PNUD- Niger, B.P: 11207 – Niamey,Maison des Nations.






Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire