samedi 24 août 2013

Quand on fait de sa passion son métier


Epris  du cinéma depuis sa tendre enfance, Jaloud Zaynou a toujours caressé  le rêve de devenir réalisateur alors que sa famille lui prédestinait une carrière militaire. Ainsi, après son CFEPD il fut admis au prytanée militaire de Niamey où il ne termina pas son cycle secondaire comme prévu, car, comme pour confirmer le dicton selon lequel nul n’échappe à son destin, il a fini dans un lycée d’enseignement général où il décrocha son bac. Alors vint le moment propice, car se dit-il quoi de plus logique que de poursuivre ses études dans une école où sa passion constitue une unité d’enseignement fondamentale. C’est ainsi que son choix fut porté sur l’IFTIC (institut de formation aux techniques de l’information et de la communication).
Après deux ans de formation en production-réalisation, le géni qui sommeillait en lui ne tarda pas à s’affirmer au grand jour: ce jeune homme aux ambitions ahurissantes réalisa en décembre 2012 son premier film dénommé «la fille du gouverneur» alors qu’il n’avait que 21 ans.
Le 23 mars 2013, les gens entraient par milliers au palais des congrès de Niamey pour acclamer ce chef d’œuvre qui  dépeint le cinéma nigérien sous une nouvelle dimension, à travers un scénario révolutionnaire, adéquat aux exigences du 21eme siècle. Accompli avec des moyens de bord, ce film constitue pour Jaloud une sorte de ticket d’entrée à la cour légendaire des cinéastes nigériens et la clef d’un succès imminent.

Par Omar Manga Aichou
Photo : Nomade Prod.

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire