vendredi 9 août 2013

De plus en plus de jeunes mamans au Niger : un phénomène inquiétant


Dans le CSI de Kantché (Zinder), des mères attendent
le début de la consultation médicale de leurs enfants


Aïcha a 15 ans. Elle a été mariée lorsqu’elle avait six ans. Aujourd’hui, elle est mère d’un garçon. Nous l’avons rencontrée au centre de santé intégré de Kantché, dans la région de Zinder. Elle est venue avec son fils, qui souffre de diarrhée. « Des situations pénibles, j’en connais », dit-elle. « Lorsque les pluies ne sont pas abondantes, il n’y a pas à manger et je m’inquiète pour mon fils. Je ne sais pas quoi faire.»



Aïcha 15 ans, mère d'un enfant

Assise à côté d’Aïcha, il y a Zeinabou, donnée en mariage à l’âge de 14 ans : elle est 
mère de six enfants après six ans de mariage. Elle ne produit pas assez de lait 
maternel pour nourrir son bébé. Elle espère qu’on va lui donner des vitamines.
Très souvent, elle se retrouve seule à la maison car son mari part vers la capitale
chercher de quoi les nourrir. Actuellement, Zeinabou est la chef du foyer.
« Mon plus grand problème, c’est le manque de nourriture », confie-t-elle.
« Ce serait différent, bien sûr, si j’avais un métier. » 


Zeinabou 20 ans, mère de 6 enfants
Est-il facile de gérer un foyer quand on a quinze ans ? Les deux jeunes femmes 
n’osent pas répondre.  C’est l’infirmière du centre qui va le faire pour elles.


Roukaya, infirmière au CSI de Kantché
Roukaya Laoualy estime que ces filles ne sont pas assez mûres pour 
s’entretenir elles-mêmes, a fortiori entretenir des enfants.
 « Nous sommes vraiment confrontés à des problèmes avec elles », dit-elle. 
Beaucoup de ces jeunes mères ne savent pas bien allaiter, insiste-t-elle.
Chaque année dans le monde, ce des millions de jeunes filles qui sont mariées
avant l’âge de 18 ans.

Au Niger, c’est le cas d’une fille sur deux, ce qui le place parmi les premiers
en matière de mariage précoce. Les raisons qui poussent les parents
à les donner en mariage sont multiples, parmi lesquelles prévenir
des violences sexuelles ou une naissance hors mariage, s’alléger
d’une charge. Mais ces motifs ne tiennent pas face aux conséquences
que peut engendrer le mariage de très jeunes filles : abandon scolaire,
maltraitance et problèmes de santé.
 « Nos parents doivent comprendre qu’il est important de laisser 
une fille grandir avant de la marier. Elle saura alors comment s’entretenir, 
entretenir son mari et ses enfants, rester dans son foyer 5/5 », conclut Roukaya.

Par Islamane Abdou






Soyez le premier à commenter cet article!

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire