mercredi 10 juillet 2013

Participation de la jeunesse de Zinder à la consolidation de la paix


“Les jeunes doivent être écoutés, afin d’entendre leurs préoccupations. Il ne faut pas attendre qu’ils sortent faire des casses pour les appeler”, affirmait Hadiza Hima une jeune militante de la société civile à Zinder lors de la rencontre portant sur la participation de la jeunesse pour la consolidation de la paix.
Il y a quelques mois, une série de troubles pour exiger une répartition plus équitable des retombées du pétrole ou encore pour manifester des mécontentements à la suite de la sortie d’un film anti-islam aux USA, ont émaillé la capitale du Damagaram. Au devant de ces sorties qui ont occasionné beaucoup de blessés et d'énormes dégâts : des jeunes.
Une vue de la salle lors des travaux de groupes
Si aujourd’hui la situation s’est apaisée, il faut prendre toutes les précautions afin que cela ne se reproduise plus. C’est dans cette vision que sur appui de Unicef-Niger, une mission du Ministère de la jeunesse accompagnée du President du Conseil National de la jeunesse s’est rendu à Zinder. Le mot d’ordre est claire : la participation de la jeunesse dans la consolidation de la paix à Zinder. Pour y parvenir l’apport de tous les acteurs est de mise. Une rencontre à réunie la délégation et 30 jeunes des structures des jeunes de Zinder (“palais”, associations, …) mais aussi des représentants des élus locaux et la société civile. Durant deux jours, les participants à cette rencontre ont déterminé les moyens par lesquels eux mêmes, seront les acteurs d'une installation véritable de la quiétude dans leur région. Des débats très enrichissants, au cours desquels ces jeunes ont trouvé les réponses à plusieurs questions qu’ils se sont posées auparavant.
Au sortir de ces assises, la jeunesse du Damagaram à élaboré un plan d’action qu’elle compte mettre en oeuvre dans l’intervalle juillet  - décembre 2013 à travers trois mots clés : Organiser, former, sensibiliser.
Le nombre d’activités et leur pertinence témoignent de l’engagement de ces jeunes. Il s’agit entre autres de l’organisation d’une caravane de sensibilisation, des foras, de théâtres participatifs, des conférences sur la non violence, de la sensibilisation des parents à travers les prêches et les médias, de la pérennisation des écoles existantes, de la tenue de réunions périodiques pour analyser les défis qui se posent dans le secteur de la jeunesse de Zinder et y apporter des solutions concrètes, de la mise en place de comités de veille dans les quartiers tout en contrôlant les zones frontalières. Ces jeunes pensent aussi qu’une campagne de sensibilisation sur le danger des stupéfiants, le renouvellement des structures associatives ou encore une formation en leadership ; en gestion de conflits et montage des projets pourrons contribuer à consolider la quiétude.
Par Islamane Abdou


De gauche à droit : Mamane Ousmane, Responsable du développement des enfant et des jeunes à Unicef-Niger; Yazi Oumarou, DG de la Jeunesse; Aliou Oumarou Pdt Conseil de la jeunesse et Ambouta, Directeur e la Vie Associative


Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire