samedi 22 juin 2013

Tchatcho


Serge Clément Anatovi est un jeune comédien nigérien. A 26 ans, il est titulaire d’un BTS d’Etat en communication et d’une licence en marketing. Plus connu sous le sobriquet de Tchatcho, il a créé il y a quelques années, parallèlement à ses études de scénariste/réalisateur, une troupe de théâtre La famille, c’est nous, dont les sketchs sont très appréciés par les familles nigériennes.
Au-delà du rire, ce sont des messages citoyens qu’il veut faire passer aux jeunes. Il porte un regard aiguisé sur son environnement et critique autant le monde politique que les jeunes eux-mêmes.  Il affirme sans complexe sa vision de la citoyenneté. « C’est d’abord s’accepter, clame-t-il. Ca commence par là : je suis nigérien, j’accepte d’être nigérien et je suis fier de l’être ». Pour prendre la mesure de la célébrité du personnage, il suffit de déambuler avec lui n’importe quelle rue de la capitale nigérienne pour voir se former autour de lui des attroupements, notamment d’enfants, chacun voulant s’approcher de la star. Il nous assure que « sur dix familles nigériennes, au moins huit suivent ce que nous faisons à la télé et six de ces familles aiment ce que nous faisons ». Mais malgré la bonne réputation dont-il jouit, il n’arrive toujours pas à vivre de ses activités. A ceux qui se risquent à une indiscrétion sur le montant de ses gains, il donne des réponses erronées. « Si je leur disait que je ne gagnais rien, ils ne me croiraient pas ». Serge reste pourtant optimiste, mais il garde la tête sur les épaules : « Aujourd’hui on est animés de bonne volonté, on se donne avec foi, on y croit (...) mais viendra un jour où, si malgré notre persistance on voit qu’aucune porte ne s’ouvre, ceux parmi nous qui sont bourrés de diplômes pourraient à abandonner et tenter autre chose ». Il rêve de pouvoir exporter ses talents c’est pour quoi il en appelle à des bonnes volontés pour les aider à bénéficier d’une formation de qualité : « une œuvre artistique c’est comme un bébé, il faut le nourrir, l’éduquer et le faire grandir. Alors il nous faut des formations pour être capable de jouer sur le terrain international ». Ce jeune comédien est un talent prometteur qui nourrit l’envie de s’ouvrir au monde et d’apporter une participation citoyenne à la construction du Niger et de l’Afrique en général.


                                                                                                               Article écrit par Rabiou Taro

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire