mercredi 26 février 2014

Festival de l’Aïr : consolider la paix et promouvoir les potentialités économiques, culturelles, touristiques et artisanales.


Lors de la ceremonie d'ouverture....

Ils étaient nombreux, 3000 personnes selon les estimations à s’être donné rendez-vous du 21 au 24 février à  Iferouane, au pied du mont Tamgak pour célébrer la 10ème édition du festival de l’Aïr. Ce « rendez-vous de l’homme avec son milieu » placé sous le signe de la consolidation de la paix, a donné lieu à des concours de danses traditionnelles, champs, concours de port de turban, des plus belles tresses,  parades de chameaux... L’innovation de cette année a été l’organisation d’une compétition de lutte traditionnelle.
Parade de chameaux....

ça a été aussi l’occasion pour les artisans et maraichers d’exposer leurs produits mettant ainsi en évidence le retour de la paix dans cette partie du Niger. L’explosion d’une mine faisant un blessé à quelques minutes de la cérémonie d’ouverture, a prouvé combien il est important d’œuvrer encore plus pour consolider la paix dans cette partie du pays.
Poeme de la jeune fille, premiere de sa classe dédiée à Iferouane
Quatre jours durant, les participants venus de toutes contrées d’Agadez mais aussi du Niger, ont  découvert pour les uns et partagés pour les autres, les potentialités économiques, culturelles, artisanales et touristiques de notre pays, gage d’une paix retrouvée. En effet, entre 2007 et 2008, Iferouane située à plus de 1000 km de Niamey au nord du Niger, a été désertée par les populations du fait des combats entre la rébellion et l’armée nigérienne. Aujourd’hui, l’espoir est permis avec cette jeunesse pleine d’espoir qui s’active pour relever leur localité qui a tant souffert. En témoigne, un poème d'une jeune fille en situation de handicap qu'elle a dédié à Iferouane.
Audience foraine pour délivrer des extraits d'actes de naissance
Cadre de brassages des cultures où se retrouvent des milliers de populations nomades, l’occasion est offerte à beaucoup d’entre-eux d’avoir des extraits d’actes de naissances ainsi que des cartes d’identité grâce aux audiences foraines qui ont lieu dans le camp avec le soutien de l’Unicef. Comment rater cette chance surtout quand toutes ces pièces sont délivrées gratuitement ?   « Grâce à ces papiers, partout où j’irais on saura que je suis nigérien », nous a déclaré Adam qui s’est procuré un extrait d’acte de naissance et une carte d’identité.
Caravane de sensibilisation sur la culture de la paix
Les commissariats se sont installés
sur le camp afin de délivrer des cartes d'identité
Le festival de l’Air, c ‘était aussi des caravanes de sensibilisation pour l’inscription et le retour à l’école, les mariages précoces, l’exode ainsi que sur la culture de la paix. Cette dernière a permis à beaucoup (des jeunes pour la plus part), de connaître d’avantages les conséquences néfastes des violences et pour ceux qui en ont vécu, d’en témoigner.
Questions-réponses
au stand éducation
Dépistage de malnutrition
C’était sur une note de satisfaction totale qu’a pris fin cette dixième édition du festival de l’Aïr qui a eu le mérite de rassembler toute les communauté autour d’une question chère à tous les jeunes en particulier car étant les premiers touchés et à tous les nigérien en général : la consolidation de la paix. 

Par Jeunesse du Niger

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire